20 juin : Visite de l’association allemande Gedenkorte Europa

Le 20 juin dernier, l’association Les Mémoires de l’histoire a eu le plaisir d’accueillir un groupe de 16 syndicalistes allemands, venus de Kasel, Francfort et Dusseldorf. Ces 16 syndicalistes font partie de l’association Gekenkorte Europa. Leur responsable, Hermann Unterhinninghofen et la journaliste et écrivain ont présenté l’association. Gedenkorte signifie en allemand «lieux de mémoire». Elle organise des voyages dans toute l’Europe afin de retrouver la trace de lieux de résistance contre le nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale (dont Oradour-sur-Glane, Villeurbanne, Montreuil- Bellay en France), afin de remplir la mission qu’elle s’est fixée : «le devoir de mémoire et de sa transmission à la jeune génération», un objectif qui rejoint celui de notre association.
Après la réception à la mairie de Plouha, le groupe s’est rendu au local de Tréveneuc, où Nicolas Guillou a comment l’exposition sur le réseau Shelburn, accompagné par le Plouhatin Wolfram Trœger, qui traduisait les nombreuses questions posées par les visiteurs. Après le visionnage du teaser du film, les membres de l’association Gedenkorte ont souhaité que le film soit sous-titré en allemand, afin que des projections soient organisées en Allemagne, dans le cadre d’actions culturelles et d’échanges entre les jeunes générations des deux pays.

L’association Gedenkorte

L’association Gedenkorte compte 16 anciens syndicalistes et retraité-e-s de Kassel, Francfort et Düsseldorf, qui ont déjà réalisé plusieurs voyages sur les traces de la Résistance en Corse, en Grèce et dans la région de Marseille et de Les Milles. Plusieurs d’entre elles et eux collaborent au projet du Centre d’études « Résistance Allemande », qui a entre autres initié -et travaille toujours sur- le site internet traitant des lieux de mémoire dans les pays occupés par l’Allemagne nazie :
www.gedenkorte-europa.eu/content/list/470/

Dans les pays d’Europe occupés par l’Allemagne nazie, les survivants et les familles des victimes se souviennent aujourd’hui encore dans des milliers de lieux des crimes de guerre et d’occupation ainsi que de la résistance. Ces événements d’autrefois, pour la plupart meurtriers et sanglants, et qui se terminèrent par la défaite des conquérants et la victoire de la coalition anti-Hitler et de la résistance, font partie de la mémoire collective de ces pays et sont documentés dans de nombreux musées et Instituts d’Histoire. D’innombrables lieux de mémoire, stèles et plaques commémoratives rendent hommage aux victimes. Les voyageurs allemands ne visitent que rarement ces lieux de mémoire, à quelques exceptions près. Et souvent ils ne connaissent même pas leur existence. Des informations et descriptions en allemand s’y rapportant sont en effet difficiles à trouver. Celles-ci existent certes dans la littérature scientifique ou la littérature de mémoire, mais elles sont la plupart du temps difficiles d’accès ou sur des pages internet se référant à des lieux ou thèmes précis.
Le site internet www.gedenkorte-europa.eu veut inciter à visiter ces lieux de mémoire, indiquer leur accès et offrir de premières informations. Les indications respectives des sources, de la littérature et des médias ainsi que les bibliographies et les fichiers multimédias se rapportant aux pays montrent des possibilités d’informations plus approfondies.
Dans un premier temps, ce sont les lieux de mémoire en France, en Grèce, en Italie et en Lituanie qui sont présentés, par régions. Les exceptions sont expliquées. Des biographies choisies et succinctes et des mots clés complètent les informations régionales et locales. L’exhaustivité n’est pas souhaitée ; elle n’est d’ailleurs pas réalisable en raison du grand nombre des lieux et des personnes. Les indications de littérature et de médias ainsi que l’internet sont utiles pour la recherche d’informations sur des lieux non décrits. Toutes suggestions et remarques complémentaires, propositions et critiques venant des visiteurs de ce site sont les bienvenues, sous la rubrique «Kontakt».
La rédaction se propose dans un deuxième temps d’inclure d’autres pays européens dans le site internet, dont par exemple la Pologne.
Le projet «Lieux de mémoire en Europe» du Centre d’études de la résistance allemande 1933–1945 (Studienkreis Deutscher Widerstand 1933–1945), a pu être réalisé grâce au soutien des Fondations Otto-Brenner-Stiftung et Rosa-Luxemburg-Stiftung et aux donations de particuliers.

La rédaction est composée de Thomas Altmeyer, Sabine Bade, Lennart Bartelheimer, Florence Hervé, Christoph Jetter, Beate Kosmala, Elke Francesca Skroblies, Hanni Skroblies, et Hermann Unterhinninghofen.

P1380802P1380804P1380805visite groupe allemand 20_6_2018brochure page 1brochure page 2

Share
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.