5 octobre 2019 : Shelburn l’avant-première !

Le jour que tous les participants de l’aventure Shelburn attendaient avec impatience est enfin arrivé !
L’avant-première du film Shelburn s’est déroulée ce samedi 5 octobre. Les festivités ont démarré à 16 h à Plouha, dans la salle de l’Hermine, en présence de Philippe Delsol, maire de Plouha, Philippe Le Goux, président de la communauté de communes Leff Armor et le député de la circonscription Yannick Kerlogot. L’occasion de rappeler les grandes lignes de cette aventure hors du commun dans laquelle le réalisateur Nicolas Guillou a entraîné des centaines de participants, figurants et techniciens : un film tourné sous le régime du bénévolat, avec une association animée par nos infatigables drôles de dames, toujours aussi dynamiques et souriantes : sa présidente Monique Bondoux, Denise Dodé et Gisèle Kergoêt. Deux ans de préparation, un tournage étalé sur trois années, de 2014 à 2017 avec de nombreux moments forts (le tournage sur la plage Bonaparte, les Invalides, le B-17…) et deux ans de montage.
Les participants à l’aventure ont pu admirer à l’extérieur de la salle les véhicules militaires, dont certains ont participé au tournage, avant qu’ils partent en convoi vers le Cinéland.
Dans le hall du cinéma, Dominique Caro oriente les invités vers la table où Monique, Denise et Gisèle donnent le précieux ticket pour accéder à la salle 10 : un amphithéâtre de 600 places, avec un écran de 240 m2.
De nombreux officiels ont rejoint la grande salle dont le préfet des Côtes d’Armor, Yves Le Breton. Gérard Hoffmann, le directeur du Cinéland, a précisé que Shelburn détenait deux records : celui de la plus grosse avant-première, avec 1 800 spectateurs sur deux salles et sur deux jours, et celui du film avec la plus grosse équipe présente dans la salle !
Après une brève présentation de Nicolas Guillou, saluée par une salve d’applaudissements, les lumières se sont éteintes et chacun a retenu son souffle, avant de découvrir les premières images : allaient-elles être semblables au souvenir qu’on en avait gardé ?…
La réponse est oui et non : la magie du cinéma réside dans le fait qu’il magnifie tout ce qui passe par l’objectif et pendant que l’histoire se déroule à l’écran, on ne peut s’empêcher de se souvenir des journées de tournage…
Une petite frayeur à la fin du film, lorsque une scène s’est superposée à la bande son d’une autre scène. Pas de panique : une copie de secours avait été prévue et la projection a pu reprendre très vite, jusqu’au générique salué par une ovation d’applaudissements. L’équipe du film, acteurs et techniciens sont descendus devant l’écran pour commenter le film et pour accueillir des invités bien particuliers : les descendants de Marie-Thérèse Le Calvez, spécialement venus des Etats-Unis et du Canada.
Les discussions se sont prolongées, jusqu’à une ultime photo devant l’écran pour garder une trace de l’aboutissement de cette incroyable aventure.
Bravo à Nicolas, bravo et merci à tous pour avoir permis la réalisation de ce film qui va commencer sa carrière dans les jours et les semaines qui viennent. On vous tient au courant !

Share
Ce contenu a été publié dans PRESSE COMMUNICATION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.